Les élections présidentielles de part et d'autre de l'atlantique (FRANCE, ETATS-UNIS)

Si l’institution présidentielle est présente dans de nombreux pays, son rôle peut différer selon le régime en vigueur. En France comme aux Etats-Unis, la figure du chef de l'Etat est relativement forte, son élection centrale et de haute valeur symbolique, politique et juridique*.

Les 23 avril et 7 mai 2017, les Français éliront leur dixième président au suffrage universel direct ; l'élection de l'actuel président américain, Donald Trump, a eu lieu le 8 novembre 2016, au suffrage universel indirect. Ce double évènement, l'un passé, l'autre à venir, est l'occasion de mettre en regard les élections présidentielles de ces deux démocraties.

Les panneaux présents dans les espaces de la BU à cette occasion sont une introduction succincte à cette actualité, afin de vous guider dans les ressources pluridisciplinaires disponibles à la bibliothèque voire en dehors, sur place ou en ligne. Ces ressources sont susceptibles d'éclairer les débats en cours, de vous permettre de comprendre comment les élections se font ou se sont faites, mais aussi de les voir autrement, par la fiction ou le documentaire.

* Bertrand PAUVERT, Élections et modes de scrutin, L’Harmattan, 2006, p. 50 - 52.

HISTOIRE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES : frise chronologique




PREMIERES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

France (1848)

« [...] La campagne électorale
A Paris et dans les grandes villes, la presse a vivement animé cette campagne électorale ; les journaux généralistes et satiriques prennent position pour leur candidat favori avec une certaine violence (voir ci-dessus pour chacun d’entre eux).
Cependant, l’efficacité de la campagne de l’élu aura reposé essentiellement sur une véritable armée de colleurs d'affiches, distributeurs de tracts, agents et colporteurs d'images qui diffusent, en un temps record, une propagande populaire associant Louis-Napoléon au mythe de son oncle. Cette méthode fut organisée par un cercle de proches partisans de Louis-Napoléon, dirigée par un de ses amis, Victor de Persigny, et financée par sa fiancée et par une cousine.
Élection de Louis Napoléon Bonaparte
Résultats de l’élection

Les résultats publiés dans Le Moniteur universel le 22 décembre donnent les chiffres suivants (Algérie non comprise). [...] »
En lire plus...

Etats-Unis (1789)

« [...] La Constitution de 1787 et l’élection de Georges Washington
George Washington accepte la présidence de la Convention constitutionnelle de Philadelphie en 1787, réunie pour réformer les Articles de la Confédération. Le projet de constitution, adopté en septembre 1787, entre en vigueur le 4 mars 1789. Le peuple est la source d'autorité légitime dans la nouvelle République, mais les Pères fondateurs veillent à garantir l’équilibre des pouvoirs. La Constitution établit le régime présidentiel et bicaméral du nouvel Etat. Elle définit le système d’élection du président qui prévaut aujourd’hui encore, par le biais de grands électeurs désignés par chacun des Etats au prorata de leur population. [...]
Lors de la première élection présidentielle, moins de 39 000 citoyens sont appelés à voter pour les grands électeurs, soit 1,3% de la population. Dix Etats sur les 13 Etats membres de la Fédération participent à l’élection. Sur les 81 grands électeurs du collège électoral, 69 y participent. [...] »
En lire plus...

Bibliographie
Histoire des élections : France / Etats-Unis / sélection d'ouvrages disponibles à la BU

FAIRE PASSER LE MESSAGE : LA CAMPAGNE ELECTORALE

 
« Si les membres du parti d'un candidat connaissent et soutiennent ses idées, tout l'enjeu d'une campagne électorale est non seulement de transmettre ces idées aux électeurs potentiels, mais aussi d'emporter leur adhésion. Le candidat doit donc à la fois disposer des moyens - financiers, humains et médiatiques - nécessaires et faire en sorte que son programme soit présenté de la manière la plus convaincante et/ou persuasive possible.
Existe-t-il des styles de campagne « à l'américaine » et « à la française » bien distincts ? [...] »
Lire la suite...

Bibliographie
Faire campagne en France et aux Etats-Unis / sélection d'ouvrages disponibles à la BU

LE FINANCEMENT DES CAMPAGNES ELECTORALES


Systèmes électoraux

POLITIQUE ET SEMANTIQUE : L’ANALYSE DES DISCOURS POLITIQUES


« L’homo politicus n’est-il pas avant tout un producteur de discours ? Chaque élection est l’occasion de mesurer le rôle central de la parole en démocratie. Submergé par le flot continu de la parole politique et de son interprétation en période de campagne électorale, l’électeur a parfois du mal à démêler le véritable projet politique de la mise en scène de l’homme privé et public, visant à se distinguer. [...] »
En lire plus...

Bibliographie / sélection de documents disponibles à la BU
Politique et sémantique 

Vu / Lu ailleurs
Nikos Smyrnaios
, « #EP2014 ou les élections européennes depuis Twitter », Mondes sociaux, 2 septembre 2014.

Dans le cinéma et la fiction littéraire...


« Le cinéma est capable de nous donner immédiatement et plus que les autres arts une idée de ce que nous sommes, nous les hommes de ce temps. Bien des films témoignent en effet des inquiétudes actuelles, du malaise de la conscience contemporaine, des difficultés du monde qui se fait sous nos yeux, de la crise que traverse une humanité à la recherche de son équilibre. Ils constituent ainsi de précieux documents psychologiques. […] » Jean Le Duc, La Revue des Deux Mondes, 15 mars 1961

Filmographie
Les campagnes électorales à travers le cinéma français et américain

Bibliographie / sélection de documents disponibles à la BU
Les campagnes électorales dans la fiction littéraire


Crise de la démocratie représentative et nouvelles formes d'expression citoyenne


« Crise de la démocratie représentative ?
Le principe de représentation est au cœur des républiques française et américaine. En France, il est inscrit dans l'article 3 de la Constitution de 1958 : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants. Aux États-Unis, la république démocratique repose sur la souveraineté absolue d’un peuple représenté dans chacun des pouvoirs de l'État : exécutif, législatif et judiciaire.
Les élections présidentielles, temps fort de la vie politique en France et aux États-Unis, suscitent des débats sur le fonctionnement de nos démocraties représentatives. Les médias renvoient l’image d’une démocratie menacée par la montée des nationalismes et l’hostilité envers les politiciens et les formes traditionnelles de participation à la vie politique, comme les partis et les syndicats. Des études de sociologie électorale confirment cette désaffection du politique qui se traduit par un fort abstentionnisme et la volatilité de l’électorat, au risque de remettre en cause la légitimité des élus et du système politique.
Aux États-Unis, la dernière élection présidentielle a enregistré le taux de participation le plus faible depuis 2000, avec 54,2 % de votants. En France, les élections présidentielles mobilisent encore une grande partie de l’électorat, mais le taux d’abstention a dépassé les 40% aux élections législatives de 2012 et aux élections régionales de 2015. Les sciences sociales ont révélé les fortes inégalités sociales de participation électorale en France et aux Etats-Unis. Faut-il alors lutter contre les facteurs de démobilisation électorale pour inciter les électeurs à voter ? Ou considérer l’abstention comme une forme de participation politique équivalente à celle du vote lui-même ? [...] »
Lire la suite...

Bibliographie / sélection de documents disponibles à la BU
Crise de la démocratie représentative et nouvelles formes d’expression démocratique

Vu / Lu ailleurs
Pierre-Étienne Vandamme, « Les électeurs sont-ils si vertueux ? », La Vie des idées, 28 novembre 2016.
Hervé Pourtois, « Les élections sont-elles essentielles à la démocratie ? », Philosophiques, vol. 43, n°2, 2016, p. 411-439.
Samuel Pelras, « Démocratie participative et populisme », blog Ecologie critique, 18 août 2013.

Mis à jour le 26 avril 2017