Arts du spectacle - Les nouveautés Eté 2017

Les livres imprimés

Parmi nos nouvelles acquisitions, nous avons sélectionné pour vous :
Le théâtre contestataire
Mathilde Arrigoni

Presses de Sciences Po, 2017

Qu'il exalte l'imagination du spectateur en lui permettant de rire des autorités en place ou qu'il provoque une remise en question de son attitude passive au sein de la société, le théâtre contestataire cherche à mobiliser et à bousculer l'ordre établi. Le lien soutenu entre l'auditoire et la scène entretient la force subversive de cette forme de théâtre.

Quel rôle les dramaturges jouent-ils dans un régime autoritaire ? Quel sens donner au théâtre contestataire quand il se déploie dans un contexte démocratique ? De la France aux États-Unis en passant par le Brésil et l'Argentine, Mathilde Arrigoni interroge les logiques militantes, artistiques et professionnelles à l'oeuvre dans cet art théâtral, devenu arme politique. À travers les manifestations en faveur du statut d'intermittent, elle questionne aussi la façon dont la lutte sociale s'enrichit de la pratique artistique. En croisant les outils classiques de la sociologie avec l'analyse d'oeuvres, d'auteurs et de troupes contestataires, elle explore les liens, parfois complices, souvent tourmentés, entre le théâtre et le pouvoir. (4ème de couverture)
Les pièces rivales des répertoires de l’Hôtel de Bourgogne, du Théâtre du Marais et de l’Illustre Théâtre : deux décennies de concurrence théâtrale parisienne (1629-1647)
Sandrine Blondet

Honoré Champion éditeur, 2017

L'année 1629 voit la sédentarisation parallèle des deux troupes théâtrales parisiennes, celle du Théâtre du Marais, dirigée par Charles Le Noir, et la Troupe Royale, locataire du prestigieux Hôtel de Bourgogne. Ces deux compagnies - auxquelles se joint en 1644-1645 l'illustre Théâtre de Molière et des Béjart - se livrent une rivalité serrée, qui passe notamment par l'usage du doublage dramatique : deux pièces, composées par deux dramaturges différents, mais sur le même sujet, sont présentées à quelques semaines ou mois d'intervalle sur deux scènes parisiennes distinctes.

Les deux premières décennies de cette Guerre des théâtres présentent quarante et un doublons dramatiques de ce type. L'investigation s'attache d'abord à les replacer dans le contexte de leur création : au carrefour des thèmes contemporains et de la concurrence théâtrale, les pièces rivales épousent les courants du répertoire, qui tissent des correspondances entre ces pièces rivales, mais aussi entre chacune d'elles et le reste de la production dramatique.

La suite de l'étude s'attache aux modalités du fonctionnement de la concurrence : sa mise en scène publicitaire, ses enjeux dramaturgiques, affaire des auteurs, et les questions scénographiques qu'elle met en jeu, apanage de leurs interprètes. (4ème de couverture)
Quarante-huit entrées en scène
avec la collaboration de Jean-Louis Perrier et de David Sanson

Les Solitaires intempestifs, 2017


La simplicité est ardue, parce que les choses au départ sont confuses, multiples, elles ne se laissent pas approcher. Un texte ne se donne pas d'emblée. La simplicité serait en son coeur, son centre énergétique. Pour y arriver, il faut se débarrasser de beaucoup de choses, beaucoup d'a priori, beaucoup d images. Mon travail consiste à clarifier le texte pour atteindre son essence. Avant de donner le texte à l'interprète, il faut apprendre à le lire. Tu peux alors guider l'acteur et chercher avec lui à comprendre et à sentir à la fois intellectuellement et physiquement ce qui est véritablement écrit.

Quarante-huit entrées en scène a été élaboré en complicité avec Jean-Louis Perrier et David Sanson qui ont interrogé Éric Vigner à partir de « mots clés » choisis en connaissance de son travail, afin de témoigner d'une expérience de vie et de théâtre. (4ème de couverture)
 Trois questions sur le modelage des films
Vincenzo Borlizzi

Honoré Champion éditeur, 2015

Cette étude s'attache à caractériser l'acte de modeler un film - au sens où l'on parle de modeler l'argile -, ses conditions, ses moyens, les questions de création qui sont alors impliquées. Cet acte répond à trois ordres de difficultés que certains réalisateurs rencontrent dans leur travail : modelage des obstacles visuels (l'eau, la fumée) ; modelage des visages des actrices - il convient de stabiliser la plastique du visage - cela est illustré par les films de Bergman et de Skolimowski : modelage des corps afin de faire apparaître leur pesanteur, entre chute et suspension - cela est illustré par John Ford et Alfred Hitchcock ; modelage des visages et du film afin de marquer le passage du temps - cela est illustré par l'actrice Vera Miles dans Le faux coupable de Hitchcock et par Le Songe de la lumière de Victor Erice. (4ème de couverture)
 Écrire le cinéma : le ciné-roman selon Alain Robbe-Grillet analyse de "L'immortelle"
Anna Zoppellari
Hermann, 2013

Film trop écrit en ciné-roman trop filmique, L'Immortelle apparaît comme une oeuvre pivot somme toute méconnue dans la bibliographie d'Alain Robbe-Grillet. Ce rôle est certainement lié au travail intersémiotique qui la caractérise, mais il est surtout déterminé par le travail de transformation de la fonction et de la forme de la narration qui s'opère dans l'ouvrage de l'écrivain-cinéaste : de la mise en valeur de la crise du sujet on passe à un projet narratif construit à partir de quelques thèmes générateurs qui construisent et détruisent en même temps la logique narrative du récit. Cette condition intermédiaire permettra finalement à l'écrivain de relire le texte à la lumière d'une conscience individuelle hantée par ses obsessions personnelles. Le présent ouvrage circonscrit donc l'analyse à un genre liminaire et à un texte spécifique afin de relire leur centralité dans l'esthétique de l'écrivain. L'analyse détaillée ne se limite pas à édifier le récit dans son organicité, mais permet de s'interroger sur sa forme labyrinthique et sur l'idéologie narrative qui la soutient. (4ème de couverture)
 À Rome avec Nanni Moretti
Paolo di Paolo, Giorgio Biferali ; traduit de l'italien par Karine Degliame-O'Keeffe
Quai Voltaire, 2017

Journal de voyage sur les lieux du cinéma de Nanni Moretti, de Je suis un autarcique (1976) à Mia madre (2015), les promenades de Paolo Di Paolo et Giorgio Biferali évoquent les atmosphères, les personnages, les répliques devenues proverbiales du célèbre réalisateur.
De ces pages émerge un portrait en perspective de l'homme mais aussi de sa ville. Le lecteur y découvre une Rome de tous les jours, multiple, où rues, terrasses, bancs publics et pâtisseries sont autant de décors des films comme des souvenirs de Moretti.
Le livre se clôt sur un dialogue inédit entre les deux auteurs et le cinéaste.

Les DVD

 Parmi nos nouvelles acquisitions de DVD, nous avons sélectionné pour vous :
Le roi de coeur de Philippe de Broca

Résumé :
Fin 1918 : avant d'évacuer Marville, les Allemands y cachent une charge d'explosifs. Les Alliés chargent le soldat Plumpick d'en trouver la cachette. Il découvre une cité désertée par ses habitants, à l'exception des pensionnaires de l'asile d'aliénés. Ceux-ci l'accueillent à bras ouverts et il se laisse séduire par ses nouveaux compagnons sans en oublier sa mission pour autant... (ADAV) 
 Forushande = Le client de Asghar Farhadi,

Résumé :
Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d'importants travaux menaçant l'immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple. (ADAV)
Devil's doorway = La porte du diable de Anthony Mann

Résumé :
Lance Poole, sergent d’origine indienne, revient sur la terre de ses ancêtres pour s'y livrer à l'élevage du bétail. Or une loi va interdire aux Indiens d'être propriétaires. Réquisitoire contre le racisme et l'injustice… (ADAV)
  La couleur des sentiments de Tate Taylor

Résumé :
Trois femmes nouent une incroyable amitié et vont bouleverser l'ordre établi… Adaptation d'un best-seller basé sur la confrontation entre les domestiques noires et leurs maîtresses blanches dans le Mississippi des années 1960… (ADAV)
 Philomena de Stephen Frears

Résumé :
Irlande, 1952. Philomena Lee, encore adolescente, tombe enceinte. Rejetée par sa famille, elle est envoyée au couvent de Roscrea. En compensation des soins prodigués par les religieuses avant et pendant la naissance, elle travaille à la blanchisserie, et n’est autorisée à voir son fils, Anthony, qu’une heure par jour. À l’âge de trois ans, il lui est arraché pour être adopté par des Américains. Pendant des années, Philomena essaiera de le retrouver. Une histoire vraie emmenée par deux interprètes formidables. (ADAV)
Le beau Serge de Claude Chabrol

Résumé :
François revient, après dix ans d'absence, dans la bourgade creusoise où il a grandi. Il y retrouve Serge, un ami d'enfance. Celui-ci a renoncé à toute ambition et s'adonne à la boisson. Il a épousé Yvonne, mais il tourne autour de Marie, sa belle-soeur, considérée comme la garce du village. Une succession d'événements dramatiques et l'amitié de François vont ouvrir les yeux de Serge sur son ignominie. (ADAV)

Les ebooks

Parmi nos nouvelles acquisitions, nous avons sélectionné pour vous :
 Le cinéma de Jim Jarmusch : un monde plus loin
Céline Murillo

C'est à travers une analyse poussée de sa filmographie que cet ouvrage montre comment le réalisateur américain Jim Jarmusch éloigne le spectateur du monde, en parvenant à créer une distance qui lui permet de changer son regard. L'auteur met ici en avant les questions politiques sur le travail, la désindustrialisation ou encore l'anomie soulevées par ses films. Plus encore, c'est au-delà du détour esthétique que Jarmusch parvient à s'adresser au monde intime du spectateur, interrogeant sa solitude et sa difficulté à être soi.
.(L'Harmattan)
 La comédie hollywoodienne classique - (1929 - 1945) - Structure triadique et médiations du désir (1929 - 1945)

Toufic El-Khoury

Le triangle amoureux fait partie intégrante de la définition structurelle et de la syntaxe de la comédie hollywoodienne classique des années 1930-1940. A partir de cette hypothèse, sont abordées les sources théâtrales puis l'importance de cette convention dramatique et de ses déclinaisons narratives dans la construction du récit, la mise en scène et la promotion des comédies hollywoodiennes, d'Ernst Lubitsch à Treston Sturges en passant par George Cukor, Howard Hawks ou Leo McCarey. La théorie du désir mimétique de René Girard éclaire aussi la fiction romantique hollywoodienne. (L'Harmattan)
 
Un objet culturel : le documentaire
Anne Coltelloni

Le désir de reproduire une image fidèle à la réalité, à ce que l'oeil voit, remonte à Aristote. Il aura fallu attendre 1839 pour que ce désir prenne forme avec l'invention de l'image photographique. Entre art et science, cette technique opticochimique allait changer notre perception du monde et révolutionner nos modes de connaissance. Un monde documentaire s'ouvrait ainsi. Quel que soit notre esprit critique, qu'il s'agisse de photographie ou de cinéma, nous sommes pris dans ce simulacre du réel qu'elle nous propose. Mais vers quelle réalité l'image photographique nous renvoie-t-elle ? (L'Harmattan)
 
 Cinémas des diasporas noires : esthétiques de la reconstruction
Daniela Ricci ; préface d'Alexie Tcheuyap

Que nous disent les films contemporains, à la lumière de leur discours et de leur esthétique, sur les diasporas noires ? Peut-on étudier la complexité de la reconstruction identitaire en prenant le cinéma comme matériel critique ? L'auteure s'est appuyée sur cinq cinéastes contemporains, afin de réfléchir sur leur expérience vécue et sur l'histoire des cinémas d'Afrique dans laquelle ils s'inscrivent. S'en dégage une forme de résistance critique à la logique dominante.(L'Harmattan)
 Penser les émotions : cinémas, séries, nouvelles images textes issus du IXe congrès de l'Afeccav, Université Lumière Lyon 2, 3-5 juillet 2014
Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel

Comment appréhender les émotions au cinéma et à la télévision ? Existe-t-il une spécificité de l'émotion filmique ? L'étude du fonctionnement du cerveau a permis de tisser des liens entre sciences dures et approches culturelles. Les émotions, dès lors, se sont posées en objets d'études, et non plus en obstacles irrationnels. Dans ce recueil, mêlant entretien et études, la question émotionnelle est renouvelée tant sur les plans historique que théorique. (L'Harmattan)
 Les expériences du dessin dans le cinéma d'animation
sous la direction de Patrick Barrès et Serge Verny

Le dessin, sous toutes ses formes, intègre les chantiers d'expériences et les champs de pratiques du cinéma d'animation, depuis ses origines au XIXe siècle jusqu'aux réalisations actuelles. Ce livre présente, avec la contribution de chercheurs spécialistes du domaine et de cinéastes artistes, et avec l'appui de nombreuses analyses de films, les problématiques artistiques et les enjeux esthétiques du dessin d'animation. (L'Harmattan)

Mis à jour le 12 juillet 2017