Arts du spectacle - Les nouveautés Ete 2018

Les livres imprimés

Parmi nos nouvelles acquisitions, nous avons sélectionné pour vous :
 
Ainsi naquit Hollywood : avant l'âge d'or, les ambitions de la Triangle et des premiers studios
Marc Vernet

Armand Colin, 2018

À partir des archives de la Triangle Film Corporation, Marc Vernet retrace ici l'histoire courte et mouvementée de cette firme pionnière du cinéma hollywoodien et, à travers elle, des premières implantations de studios dans la région de Los Angeles au cours de la seconde moitié des années 1910. Il décrit les mutations décisives qui ont lieu dans un temps où le 7e art est en train de s'inventer et de s'établir : course à l'indépendance, passage de l'Est à l'Ouest, du court au long métrage, des entreprises locales aux stratégies nationales, de la lumière naturelle à l'éclairage artificiel, du prestige européen à l'américanisation du cinéma... [...] (4ème de couverture)
 Kinofabula : essais sur la littérature et le cinéma russes
Catherine Géry

Presses de l'Inalco, 2016

KinoFabula interroge les images du cinéma dans leur rapport originel et sans cesse renouvelé avec la littérature sous toutes ses formes - fable, conte oral, poésie, théâtre ou roman, et analyse les relations et les modes de circulations entre les oeuvres. Relations intergénériques qui créent des objets hybrides comme la fable cinématographique, le ciné-skaz ou le poème cinégraphique. Relations intermédiales entre les mots de la littérature et les images du cinéma, commentaires a posteriori certes, mais favorisant, par la rétroaction, un retour sémantique sur les textes et nous renseignant sur leurs régimes interprétatifs. Relations temporelles qui imbriquent l'Histoire - passé historique - dans les histoires - présent de l'énonciation fictionnelle.
Les oeuvres qui entrent ainsi en dialogue sont des espaces textuels ou visuels de transition, des objets à jamais imparfaits et inachevés qui aspirent à être complétés comme une traduction complète le texte d'origine et en révèle le mode de visée (Walter Benjamin). En s'ajoutant, se commentant, se traduisant et se réécrivant les unes les autres, elles participent du mouvement même de la culture qui ne cesse de métisser et de réinterpréter ses propres données.
(4ème de couverture)
 Les catholiques et le cinéma : la construction d'un regard critique (France, 1895-1958)

Mélisande Leventopoulos

Presses universitaires de Rennes, 2015

Ce livre se présente comme une histoire politique des visibilités au carrefour de l'histoire du cinéma et de celle du catholicisme. Il interroge les rapports entre l'imposition du cinéma comme média de masse et la redéfinition d'un groupe social missionnaire - le monde catholique - dans la France du premier XXe siècle. La portée cristallisatrice du cinéma dans le catholicisme français est abordée à travers les modalités, à la fois pérennes, plurielles et souvent surprenantes, de projection, de visionnement, de critique, d'évaluation et de contestation des films par l'Église et ses fidèles. L'auteure décrit ainsi la construction, contrainte par les contingences de la récession religieuse, d'un regard confessionnel cinéphile dans ses tiraillements axiologiques et militants, à partir de l'étude de nombreux fonds d'archives restés inexplorés jusqu'à présent et du dépouillement de la presse catholique sur un demi-siècle. (4ème de couverture)
 Le cinéma en perspective : une histoire
Jean-Louis Leutrat
sous la direction de Michel Marie

Armand Colin, 2018

Cet ouvrage raconte l'histoire du cinéma, c'est-à-dire de l'art du vingtième siècle par excellence, écriture du mouvement, de la lumière et des ombres. Plutôt que d'opter pour un découpage chronologique, il met en perspective cette histoire selon trois fils conducteurs : celle du cinéma pris dans les conflits politiques du siècle dernier, celle des formes esthétiques et celle des corps cinématographiques.

Grâce à cette approche originale et synthétique qui a fait de ce livre une référence depuis 25 ans, le cinéma et son histoire apparaissent comme des matières vivantes en devenir.
(4ème de couverture)
 L'art du film : une introduction
David Bordwell, Kristin Thompson
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cyril Béghin


De Boeck, 2014

Introduction aux problématiques fondamentales de l'esthétique du film : la production, les genres, les problèmes de forme et de narration, la mise en scène, la prise de vue, le montage, le son, le style, l'analyse critique, l'histoire du cinéma, etc. Le propos s'appuie sur des analyses précises de séquences et les articule avec des synthèses sur les théories existantes. (Electre 2018)
 Exception française : de Vidocq au Bureau des légendes, 60 ans de séries
Pierre Ziemniak


Vendémiaire, 2017

Dix pour cent, Les Revenants, Un village français, Engrenages, Profilage, Le Bureau des Légendes... Si quelques séries françaises semblent annoncer un renouveau créatif, la production nationale souffre encore de la comparaison avec les séries américaines, britanniques, scandinaves ou encore israéliennes. Y aurait-il en ce domaine une malédiction française ?
Aux origines de ce handicap, un ensemble de facteurs : poids symbolique du cinéma, dissociation des fonctions de producteur et de diffuseur, manque de reconnaissance du statut de scénariste. La situation est inquiétante. Mais pas irrémédiable. Les créateurs français ont toutes les capacités pour émerger à leur tour. Encore faut-il qu'ils soient soutenus par une politique publique.
(4ème de couverture)
 Trump et Hollywood
Volume 1, L'arrivée au pouvoir

David Da Silva

Lett Motif, 2017

Donald Trump a été élu, à la surprise générale, président des États-Unis. La plupart des commentateurs, qui n'avaient pas prévu cette victoire, expliquent que le milliardaire a été plébiscité par la partie la plus raciste de l'Amérique. Toutefois, cette explication n'est-elle pas réductrice ? Affirmer cela, c'est incontestablement se conforter dans une vision un peu simpliste de la politique et des problèmes socio-économiques d'une grande partie du peuple américain. L'objectif de cet ouvrage est donc de retracer le parcours de la famille Trump aux États-Unis avant de revenir sur l'engagement politique du sulfureux magnat de l'immobilier et, ensuite, de constater son influence sur le cinéma américain actuel. Quel est, au final, le programme politique que Donald Trump a proposé à ses électeurs ? Pourquoi la plupart des stars d'Hollywood se sont rassemblées contre la candidature de l'ancien animateur de téléréalité ? Enfin, en répondant à ces questions, nous allons aussi analyser certains films, proches idéologiquement du populisme mis en avant par Donald Trump, qui ont accompagné son arrivée inattendue à la Maison-Blanche. Toutes ces pistes permettent de fixer les grandes lignes d'un cinéma que l'on peut qualifier de « trumpien », celui qui va envahir nos écrans durant les quatre prochaines années... (4ème de couverture)
 La Glass house de Sergueï Eisenstein : cinématisme et architecture de verre
Antonio Somaini

B2, 2017

Héritier des contreplongées spiralées du Monument à la IIIe Internationale de Tatline (1919-1920) et contemporain de la créativité filmique d'Octobre (1927), de La Ligne générale (1929) et de deux projets inachevés, Capital (1927-1928) et Glass House (1926-1930), ce dernier aurait dû mettre en abyme l'Architecture et le Cinéma. Fils de l'architecte Mikhaïl Eisenstein (1867-1920), Sergueï Eisenstein (1898-1948) réinvente la transparence de l'« espace cinématographique » (le tournage d'intérieurs, la pellicule, la projection). Mais comme constructiviste et homme de théâtre, il entendait également scénariser la dystopie capitaliste par le biais d'une transformation sociale inspirée par les tours de verre de Mies van der Rohe et Frank Lloyd Wright. (4ème de couverture)
 Le triomphe de la scène intermédiale : théâtre et médias à l'ère électrique
sous la direction de Jean-Marc Larrue, Giusy Pisano

Presses de l'Universite de Montréal, 2017

À Paris, entre la fin du xixe siècle et le début des années 1930, le cinéma, le disque et la radio triomphent. Dans ce monde du divertissement de plus en plus dominé par l'artifice, le médiatisé et le « reproduit », le théâtre s'affirme comme l'une des ultimes enclaves de vérité, à cause, notamment, de la présence de « vrais » acteurs rencontrant un « vrai » public. Pourtant, ses artisans n'en recourent pas moins aux mêmes technologies de reproduction de l'image et du son que celles qui font le succès des grands médias. Par l'examen attentif de documents d'archives et de « relevés de mises en scène » de dizaines de spectacles, les auteurs de ce livre révèlent une histoire du théâtre de la modernité aux antipodes de celle vantée par le discours qui a traversé tout le xxe siècle et qui reste encore très prégnante à l'ère numérique. L'image qu'ils dégagent est celle d'un art qui n'hésite pas à intégrer tous les moyens susceptibles d'accroître l'efficacité et l'attractivité de la représentation. En examinant également les dynamiques intermédiales - entre théâtre, cinéma et littérature - qui s'instaurent avec le développement rapide des technologies électriques, les auteurs montrent bien comment le théâtre de la modernité perpétue une tradition plus de deux fois millénaire. (Electre)
 Artisans de la scène : la fabrique du costume : Exposition, Moulins, Centre national du costume de scène, du 14 octobre 2017 au 11 mars 2018
sous la direction de Delphine Pinasa

Somogy, 2017

Objet artisanal par excellence, le costume de scène prend vie sous nos yeux grâce à la passion d'artisans aux savoir-faire internationalement reconnus.

Véritable guide du costume de scène, cet ouvrage présente les nombreux corps de métiers qui interviennent dans la chaîne de fabrication : du projet aux contraintes et spécificités de l'artiste et de sa prestation, des chapeaux aux chaussures, des bijoux aux armures, des plumes aux perruques, des broderies aux teintures...
(4ème de couverture)
Face à Médée : journal de répétition
Valérie Dréville



Actes Sud, 2018

La rencontre entre Valérie Dréville et Anatoli Vassiliev a été inoubliable. À tel point que la comédienne décide de rompre son contrat avec la Comédie-Française, obtient une bourse de la Villa Médicis hors les murs et part étudier en Russie avec le maître de l'école stanislavskienne. Elle plonge alors dans la langue russe. Ils décident de créer ensemble le spectacle Médée-Matériau, adapté du texte d'Heiner Müller : Médée qui, après avoir aidé Jason à obtenir la Toison d'Or, se fait répudier. Après la fuite de son aimé avec une autre, Médée va enflammer la robe de la nouvelle mariée, ce qui provoquera un incendie et donnera la mort à ses propres enfants. Voici le prix de la trahison, à la hauteur de la souffrance due à l'amour perdu.
Pendant cinq ans, le spectacle connaît un grand succès. Et puis, onze ans plus tard, Valérie Dréville le recrée au Théâtre national de Strasbourg, en 2017. Proche de la transe, elle se met à nu, livrant une Médée transgressive qui fait exploser les formes convenues ainsi que les codes de représentation. Une expérience radicale, une renaissance totale.
Ce texte est le journal de cette reprise, au jour le jour. Avec un metteur en scène qui a changé, qui souhaite faire évoluer le spectacle, qui travaille différemment. C'est ce que raconte ce journal de travail, ne laissant rien de côté : ni les moments de douleur, de découragement, ni le bonheur des jours où l'élan semble retrouvé.
(4ème de couverture) 
 Patrice Chéreau : mettre en scène l'opéra :
exposition, Paris, Bibliothèque-musée de l'Opéra, 18 novembre 2017-3 mars 2018

sous la direction de Sarah Barbedette & Pénélope Driant

Actes Sud, 2017

Présentation du travail de Patrice Chéreau pour la scène lyrique à travers une centaine de documents issus de la BnF, de l'IMEC et de collections privées (manuscrits, correspondance, dessins, maquettes, photographies). L'ouvrage explore ses processus de création et la spécificité de la mise en scène d'opéra : direction des chanteurs, dialogue avec les chefs d'orchestre, choix des décors, etc. (Electre 2018)
 Jacques Copeau et le théâtre du Vieux-Colombier : dictionnaire des créations françaises (1913-1924)
par Clara Debard


PUN-Editions universitaires de Lorraine, 2017

« Décabotiniser » et rénover la scène parisienne, tel est l'objectif de Jacques Copeau lorsque, avec l'appui de La N.R.F, il inaugure le Vieux-Colombier en octobre 1913.
Jusqu'à la fermeture du théâtre en juillet 1924, il créé vingt-et-une pièces françaises contemporaines, de dix-huit auteurs.
Certains sont déjà renommés comme Paul Claudel, Jules Romains, Georges Duhamel, Roger Martin du Gard, André Gide, Jean Schlumberger, François Vielé-Griffin, Henri Ghéon, François Porché et René Benjamin.
D'autres débutent : Léon Régis, François de Veynes, Pierre Bost, Émile Mazaud, Louis Fallens, Léon Chancerel, Charles Vildrac...
Cent ans plus tard, une partie de ce répertoire continue à être jouée, tandis qu'une autre est tombée dans l'oubli. Le but de ce Dictionnaire est de présenter cet ensemble d'oeuvres dramatiques au public d'aujourd'hui.
(4èmede couverture)
 
 L'autre scène : philosophie du théâtre
Matthieu Haumesser


Vrin, 2018

Pour Shakespeare, le monde était une scène. Avant lui, Platon avait déjà comparé notre existence à un théâtre de marionnettes.

L'image du « théâtre du monde » continue à s'imposer aujourd'hui encore comme un véritable lieu commun, et l'on parle souvent de la « scène politique », des « drames » ou des « tragédies » de l'actualité. Pourquoi la condition humaine est-elle si étroitement associée à cette image ? Telle est l'interrogation qui guide ce livre. Le réel envisagé littéralement comme théâtre, ou à partir du théâtre : voilà ce qu'il propose d'appeler l'Autre Scène. Il s'agit d'un réel charnel et passionnel, lié aux possibilités qui nous tourmentent ou nous fascinent, et sur lesquelles on aimerait porter un regard distancié et englobant. Mais ce réel est aussi débordant, il donne lieu à toutes sortes d'illusions et ne se laisse pas facilement enfermer dans les limites étroites de la scène. Voilà pourquoi il relève d'une Autre Scène, plus insaisissable et fantasmatique. En interrogeant cette idée, on voudrait montrer la puissance philosophique du théâtre. Et l'on tentera ainsi d'offrir à ceux qui aiment cet art de quoi éclairer, peut-être, le sens de leur désir.
(4ème de couverture)
 Se faire lieu : brèche dans le théâtre en 101 mouvements
Marco Martinelli
traduit de l'italien par Laurence Van Goethem


Alternatives théâtrales, 2018

Le dramaturge italien, cofondateur du Teatro delle Albe de Ravenne, aborde divers aspects fondamentaux de la mise en scène dans un texte volontairement épars et fragmentaire. (Electre 2018)
 L'acteur singulier
Matthieu Mével



Actes Sud, 2015

« Ce livre n'est ni un traité sur l'art de l'acteur, ni une synthèse théorique des auteurs qui se sont intéressés à ce sujet (Aristote, Diderot, Kleist, Stanislavski, Brecht). Ce sont des notes sur la singularité. Nées dans la joie de l'expérience ou dans la chambre de l'écriture, elles sont regroupées autour de questions, qui ne cessent de se mêler dans l'art de l'acteur. Comment raconter l'histoire du geste de l'acteur ? Quelle est la part de vérité dans le jeu ? Qu'est-ce que l'acteur expose de lui-même quand il joue ? Dans quelle mesure la technique lui est-elle nécessaire ? Qu'est-ce qui se joue entre sa personnalité et le personnage ? Quelle est la nature de sa présence ? En quoi est-il singulier ? Comment s'approche-t-il de la grâce ? » (4ème de couverture)


Les DVD

 Parmi nos nouvelles acquisitions de DVD, nous avons sélectionné pour vous :
 A zsarnok szíve = Le cœur du tyran de Miklós Jancsó

Au cœur de la Hongrie du XVe siècle, le fils du roi, âgé de seulement deux ans, est envoyé en Italie. Devenu adulte, il revient au château de son père accompagné par une troupe de comédiens italiens. Grâce à son ami Filippo, il découvre que son père est mort dans des circonstances mystérieuses, sa mère a perdu la raison et son oncle a pris le pouvoir. L'archevêque, ancien ami du roi, cherche à mettre le jeune homme de son côté. Gaspar perd ses repères au milieu de ces intrigues sophistiquées et complexes. (ADAV 2018)
Collection hommage à Tod Browning

Réalisateur de Dracula (1931), Freaks (1932) et de La marque du vampire (1935), Tod Browning est l'un des plus reconnus réalisateur de l'histoire du cinéma.
Ce coffret réunis certains de ses films rares et peu connus : ''White tiger'' (de Tod Browning, 1923, 65 min.), ''The mystery of the leaping fish'' (de John Emerson, sur un scénario de Tod Browning, 1916, 30 min.), ''The wicked darling'' (de Tod Browning, 1919, 60 min.), ''Sunshine dad'' (de Edward Dillon sur un scénario de Tod Browning, 1919, 20 min.), ''Les révoltés'' (Outside the law de Tod Browning, 1920, 75 min.), ''Bill joins the W.W.W.'s'' ( De Edward Dillon et avec Tod Browning, 1914, 20 min.), ''Chained for life'' (de Harry L. Fraser, 1951, 70 min.) (ADAV 2018)
 Return to Montauk = Retour à Montauk de Volker Schlöndorff

L’écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Max y raconte l’échec d’une passion dans cette ville, il y a dix-sept ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d’Allemagne de l’Est, elle est devenue entre-temps une brillante avocate et vit depuis vingt ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un week-end ensemble. (ADAV 2018)
 Poesía sin fin de Alejandro Jodorowsky

Dans l’effervescence de la capitale chilienne Santiago, pendant les années 1940 et 50, "Alejandrito" Jodorowsky, âgé d’une vingtaine d’années, décide de devenir poète contre la volonté de sa famille. Il est introduit dans le cœur de la bohème artistique et intellectuelle de l’époque et y rencontre Enrique Lihn, Stella Diaz, Nicanor Parra et tant d’autres jeunes poètes prometteurs et anonymes qui deviendront les maîtres de la littérature moderne de l’Amérique latine. Immergé dans cet univers d’expérimentation poétique, il vit à leurs côtés comme peu avant eux avaient osé le faire : sensuellement, authentiquement, follement. (ADAV 2018)
 Mother de Darren Aronofsky

Une jeune femme et son mari mènent une vie paisible dans une maison campagnarde et retirée. Leur existence est bouleversée par l'arrivée chez eux d'un mystérieux couple… (ADAV 2018)
  I giorni contati = Les jours comptés d'Elio Petri

À cinquante ans, Cesare Conversi a travaillé toute sa vie avec abnégation. Un jour, il voit mourir dans le tram un homme de son âge. Obsédé par l’approche inexorable de la mort, il s’arrête de travailler afin de profiter de la vie avant qu’il ne soit trop tard. (ADAV 2018)
 En attendant les hirondelles de Karim Moussaoui

Aujourd’hui, en Algérie. Passé et présent s’entrechoquent dans les vies d’un riche promoteur immobilier, d’un neurologue ambitieux rattrapé par son passé, et d’une jeune femme tiraillée entre la voie de la raison et ses sentiments. Trois histoires qui nous plongent dans l’âme humaine de la société arabe contemporaine. (ADAV 2018)
 Un été brulant de Philippe Garrel

Paul rencontre Frédéric par un ami commun. Frédéric est peintre. Il vit avec Angèle, une actrice qui fait du cinéma en Italie. Pour vivre en attendant d’être acteur, Paul fait de la figuration. Sur un plateau, Paul rencontre Elisabeth qui est aussi figurante. Ils tombent amoureux. Frédéric invite Paul et Elizabeth à Rome… (ADAV)
 12 jours de Raymond Depardon

Avant douze jours, les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement sont présentées en audience, d’un côté un juge, de l’autre un patient. Entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et de la vie. (ADAV 20108)
 Chris Marker, never explain, never complain = Chris Marker, ni plainte, ni explication de Jean-Marie Barbe et Arnaud Lambert

Écrivain, cinéaste, essayiste, grand voyageur, photographe, un peu pianiste, un peu peintre, ami des bêtes, intellectuel engagé et chantre de l’imaginaire, Chris Marker a, soixante ans durant, exploré la plupart des moyens d’expression. Mêlant les témoignages de certains de ses plus proches compagnons à de nombreux extraits de ses films, ce document retrace les grands temps de cette cinématographie unique, épousant à travers elle les formes et les questionnements de l’engagement cinématographique et politique de la seconde moitié du vingtième siècle. 5ADAV 2018)
 Afrique, je te plumerai... de Jean-Marie Teno

Le Cameroun est le seul pays africain qui a connu trois colonisations européennes : allemande, puis franco/anglaise… Cette triple colonisation a rendu exsangue la culture de ce pays et le rayon des auteurs africains fait figure de parent pauvre… L'auteur s'intéresse à la transmission par l'écrit de l'histoire… Edifiant… (ADAV 2018)
 Détruisez-vous de Serge Bard

Un professeur prône la révolution à ses étudiants.Etudiant en ethnologie à l'université de Nanterre. Serge Bard quitte la fac à la fin de l'année 1967, trouvant le système universitaire trop aliénant. En avril 1968, il tourne ce film qui annonce les événements de Mai 68. Le titre provient d'un graffiti écrit sur les murs des beaux-arts : "Aidez-nous : détruisez-vous".
"C'est un film tourné à la sauvage, fait en dehors de toutes règles. C'est le premier film Zanzibar (il précède même le nom du mouvement), c'est juste la tentative de faire un cinéma hors des règles de production en bravant la chaîne commerciale."
Source : Re:voir
Premier film de la mouvance intellectuelle révolutionnaire Zanzibar, très peu connue du grand public, très vite oubliée et très récemment devenue culte, et dans laquelle se sont inscrits des cinéastes tels que P.Garrel,P.Deval,J.Raynal…
Grands comme le monde de Denis Gheebrant

En questionnant les collégiens d'une ZEP, D.Gheerbrant offre à entendre des paroles passionnantes et un superbe antidote aux images réductrices des médias sur les jeunes… (ADAV 2018)
 Goulag de Iossif Pasternak et Hélène Châtelain

Deux parties : "Le Temps de l'eau" (1920-1930) et "Le Temps de la pierre" (1930-1950)… Quinze millions de personnes sont passées par cette entreprise de normalisation soviétique, la moitié en sont mortes… Un travail de recherche monumental, un résultat terrible et bouleversant…
 Kurosawa : la voie de Catherine Cadou

Onze grands cinéastes d’Europe, d’Amérique et d’Asie (Clint Eastwood, Hayao Miyazaki, John Woo, Martin Scorsese, et bien d'autres) parlent d'Akira Kurosawa et découvrent de surprenantes influences sur leurs propres œuvres… Interprète du maître japonais pendant quinze ans, la réalisatrice a mis en résonance ces témoignages passionnants… Kurosawa avait raison quand il aimait dire : "Plus on est japonais, plus on est universel". (ADAV 2018)
 La véritable histoire d'Artaud le Mômo. En compagnie d'Antonin Artaud de Gérard Mordillat etJérôme Prieur

"La véritable histoire d'Artaud le Momo" de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur : Pendant deux ans, Gérard Mordillat et Jérome Prieur ont retrouvé un à un les amis d'Antonin Artaud qui, jusqu'alors avaient refusé de parler de lui. Ce document fait ainsi revivre Antonin Artaud dans les paroles de Paule Thévenin, Marthe Robert, Henri Thomas, Henri Pichette et Rolande Plevel.

Suivi de la fiction "En compagnie d'Antonin Artaud": La dernière période de la vie du poète Antonin Artaud évoquée par son ami Jacques Prevel. (ADAV 2018)

Les ebooks

Parmi nos nouvelles acquisitions, nous avons sélectionné pour vous :

Twin Peaks et ses mondes

 

Jean Foubert


Début 1990, la série télévisée de David Lynch, Twin Peaks, crée l'événement. Le créateur, novateur et sulfureux, d'Eraserhead (1977) et de Blue velvet (1986) révolutionne le concept et l'écriture de feuilleton de télévision. En 2017, Lynch réalise une troisième saison intitulée Le retour . Entre-temps, il y aura eu Twin Peaks : Fire Walk with me (1992), oeuvre de cinéma magistrale, méprisée alors, unanimement réévaluée aujourd'hui. Par l'exploration de ses dimensions culturelles et esthétiques, cet essai cartographie l'univers et le réseau édifiés par D. Lynch. (Harmathèque 2018)

 Le cinéma de Victor Erice - Aventures et territoires d'enfance dans l'Espagne franquiste

Pierre Arbus

Le cinéma de Victor Erice (1940) est un cinéma rare, inscrit dans le contexte de l'histoire douloureuse des 35 ans de la dictature franquiste en Espagne. Cette étude interroge la présence et le devenir d'un impensé volontaire dans trois films du cinéaste espagnol : El Espiritu de la colmena (1973), El Sur (1983) et Alumbramiento (2002). Erice filme les aventures de l'enfance, les territoires où se déroule ses micro-histoires. Le processus de création des fragments audiovisuels y est central et porte les germes de la résistance. (Harmathèque 2018)
 Capter le moment fuyant - Osamu Tezuka et l'invention de l'animation télévisée

Samuel Kaczorowski

En 1963, le mangaka Osamu Tezuka crée la première série d'animation télévisée de l'histoire. Pour y parvenir, l'équipe du studio Mushi production procède à la refonte des méthodes de fabrication traditionnelles du dessin animé, elles-mêmes tout juste entrevues à travers le modèle américain. A travers une enquête menée à Tokyo avec le concours d'anciens employés du studio Mushi, Samuel Kaczorowski propose d'examiner quelques-uns des premiers films d'Osamu Tezuka et de son équipe, pour la plupart inconnus et jamais diffusés en Europe. (Harmathèque 2018)
Territoires du cinéma

Jean-René Morice, Jean-Claude Taddei, Isabelle Van Peteghem - Sous la direction de

Cet ouvrage propose, par une approche multidisciplinaire de comprendre les places dans lesquels le cinéma se développe et se crée. Comprendre où et comment le cinéma est un enjeu économique et culturel, saisir sa place dans l'espace social, analyser le traitement que lui réservent les artistes. De l'idée à sa projection, il s'agit d'envisager quelle matérialité emprunte le cinéma et quels espaces tangibles ou imaginaires sont les témoins du 7e art. (Harmathèque 2018)
 
 Au théâtre, Au cinéma, Au féminin

Avec la participation de Assia Djebar, Ariane Mnou

La triple injonction dit qu'il s'agit d'aller au féminin comme on va au théâtre et au cinéma, en opérant le nécessaire déplacement vers l'observation, le récit, l'interprétation ; qu'il faut une scène pour la mise en œuvre du féminin, lequel n'est pas donné mais de variables processus de relationnement et de représentation en jeu. Dans leurs interventions, Assia Djebar, Daniel Mesguich, Ariane Mnouchkine ne cessent de dire, chacun à leur manière et selon leur art, cette vérité de la scène. (Harmathèque 2018)
La peinture à l'oeuvre dans le cinéma d'Alfred Hitchcock

Lydie Decobert

Cet ouvrage met en lumière le lien établi entre l'art pictural et le cinéma d'Alfred Hitchcock. Les tableaux sont mis en scène et dynamisent la narration, mais s'asservissent-ils aux récits ? Sous quelles formes et jusqu'où s'étend l'impact de la peinture sur le cinéma hitchcockien ? L'auteur décrit les décors, les toiles de fond, les tableaux qui habitent et structurent les images du réalisateur, tout en faisant appel à la mémoire collective. (Harmathèque 2018)
 

Cinéma sénégalais - Sembène Ousmane le précurseur et son legs

Mag Maguette Diop

Cet ouvrage revisite l'histoire du cinéma sénégalais et le legs de Sembène Ousmane. La jeune génération de cinéastes et celle de l'avenir doivent connaître leur histoire, l'histoire du cinéma sénégalais, en garder une mémoire vivante source d'inspiration. Ce livre arrive au moment de la relance d'une Industrie Cinématographique et Audiovisuelle durable au Sénégal depuis 2013. (Harmathèque 2018)

À l'écoute de Disney - Une sociologie de la réception de la musique au cinéma

Raphaël Roth

Des Trois Petits Cochons (1933) à La Reine des Neiges (2013), le succès des films et des chansons des studios Disney est international et traverse plusieurs générations. Cet ouvrage décrit les modalités de la constitution du voiret de l'entendre cinématographiques au travers du "cas" Disney. Par le biais d'une enquête sociologique, cet ouvrage présente une analyse des ressorts sémiotiques de la réception de la musique de films et tente de dépasser, par le cinéma, l'ineffabilité de cette musique que l'on ressent toujours sans ne jamais pouvoir la matérialiser. (Harmathèque 2018)
 

Mis à jour le 02 juillet 2018