Histoire de l'art - Les nouveautés - Rentrée 2018

Les livres imprimés

Parmi nos nouvelles acquisitions, nous avons sélectionné pour vous :
 
 Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes

Charlotte Foucher Zarmanian

Mare & Martin Arts, 2016

Au passage du XIXe au XXe siècle, le puissant clivage entre genres masculin et féminin s'effrite, se trouble et met progressivement à mal l'idée que la création serait réservée aux hommes et, aux femmes, la procréation. Dans le domaine de l'art, les créatrices sont dès lors autant de figures inattendues, importunes et menaçantes, susceptibles de remettre en cause l'ordre établi.
Charlotte Foucher Zarmanian explore ici les stratégies attentistes, «caméléonesques» ou subversives que les femmes artistes déploient avec patience, talent, audace, en France, à cette époque, pour appréhender le monde des arts et s'y faire une juste place. En un mot, pour créer.
Loin des poncifs, des chemins battus et des causes rebattues, cette recherche passe de l'autre côté du miroir, du côté de ces femmes qui désirent, agissent, produisent dans le contexte des années 1900 encore largement hostiles à leur cause. Qu'elles s'emparent des arts décoratifs, graphiques et médiumniques, de la peinture et de la sculpture, qu'elles partagent avec les hommes le feu sacré ou qu'elles choisissent, avec tact ou par effraction, de le leur voler, toutes ces créatrices nous apprennent que l'esthétique symboliste, nabie et Art nouveau fut loin d'être alors un apanage masculin.
(4ème de couverture)
 Le street art au féminin

Xavier A. Tapies ; traduction française Anne Levine


Graffito, 2017

Présentation du travail de cinquante artistes féminines du monde entier spécialisées dans le street art, notamment Olga Alexopoulou, Anopsy, Bambi, Boxhead ou encore Zabou. (Electre 2018)
L'autre moitié de l'avant-garde, 1910-1940 : femmes peintres et femmes sculpteurs dans les mouvements d'avant-garde historiques : exposition, Milan Palazzo Reale, fév. 1980

catalogue et préface par Lea Vergine ;
traduit de l'italien par Mireille Zanuttini
avant-propos Carlo Tognoli

Des femmes-Antoinette Fouque, 1982

"... Cette énorme "province" de génies était tombée de la mémoire historique... cernée de censures, de réticences et de cruelles réserves, territoire - plutôt que terrain - oblitéré, presque musée de cire, d'où arracher l'altérité, parce que sous les figures de cire, magiques, se trouvaient des formes réelles.

Il fallait donc concevoir une exposition et un livre qui permettent à ces visages de revenir à la surface.

"L'autre moitié de l'avant-garde" est constituée d'expérimentatrices géniales, elles-mêmes promotrices infatigables de culture. Le territoire qui surgit devant nous, la grande fresque, n'est jamais opaque ; car les oeuvres en s'additionnant, en se croisant, jusqu'à s'opposer dans l'espace et dans le temps, restent les emblèmes audacieux d'une condition humaine articulée, emblèmes réalisés avec cette "non pietas" qui rejette le concept de "normalité".

Pures, elles ne l'étaient pas puisque maquisardes..." L.V.
(4ème de couvertire)
 Des sorcières comme les autres : artistes et féministes dans la France des années 1970

Fabienne Dumont


Presses universitaires de Rennes, 2014

Cet ouvrage rend compte de l'histoire du mouvement des femmes en art en France dans les années 1970. L'analyse des travaux des plasticiennes actives en France entre 1970 et 1982 participe de l'écriture d'un nouveau chapitre de l'histoire de l'art. La première partie s'intéresse aux modalités de la présence et de l'absence des femmes artistes sur la scène artistique parisienne, à l'aide de données chiffrées et d'analyses des discours qui permettent de suivre leur parcours de la formation à la consécration internationale. La seconde partie retrace l'histoire détaillée, tant pratique qu'idéologique, de la dizaine de collectifs de plasticiennes actifs en France à cette période. Enfin, les deux parties finales regroupent une analyse thématique et esthétique d'une centaine d'artistes, pour la plupart peu étudiées, classées par affinités plastiques et thématiques. L'implication féministe ou les récurrences des habitus culturels féminins y sont particulièrement soulignées. Ce travail est le fruit d'une enquête auprès d'environ soixante-dix protagonistes de cette histoire des femmes en art, de l'étude complète d'une quarantaine de revues d'art et de revues féministes, ainsi que des ouvrages traitant de la période, associées aux archives privées des personnes interrogées. L'articulation entre une histoire des femmes et une histoire de l'art offre un panorama inédit de la scène artistique française des années 1970, rend justice à des créatrices pour la plupart encore actives aujourd'hui, et insère les questionnements féministes et de genre en art et en histoire de l'art, en écho aux ouvrages des historiennes anglo-américaines qui ont historicisé depuis longtemps leurs propres mouvements. (4ème de couverture)
 Les Juifs dans l'iconographie chrétienne au Moyen Age

Jean-François Faü
préface Gérald Grunberg


Geuthner, 2016

La représentation du judaïsme et des Juifs dans l'art chrétien du Moyen Âge évolua à l'aune de la suprématie de l'Église catholique et de la construction monarchique en Europe occidentale.
Jusqu'aux massacres qui ont accompagné la Ière Croisade (1096-1099) les artistes de l'époque carolingienne, puis romane, n'ont pas stigmatisé le judaïsme ou caricaturé les représentations des Juifs.
Par contre, à partir de l'époque gothique, l'iconographie chrétienne apparait comme le miroir fidèle de la dérive antisémite qui gagne l'Église, le pouvoir royal et la société toute entière. Elle est renforcée encore par les mesures discriminatoires du IVe concile de Latran.
Cette nouvelle forme d'expression artistique aboutit à la maturation de la pensée antijudaïque, générant par là même l'antisémitisme. Dès lors, allégories, caricatures et représentations contribuèrent ensemble à l'expression d'un rejet que le sens commun a eu tendance à oublier n'en gardant que la valeur artistique.
(4ème de couverture)
 Digital land art

Catherine Chomarat-Ruiz


Eterotopia France, 2018

L'auteure retrace la création du digital land art par des artistes contemporains qui se sont appropriés les technologies du numérique et les ont liées aux préoccupations du land. Elle étudie l'engagement de ces pionniers ainsi que leurs relations avec les arts plastiques, le numérique et la nature. (Electre 2018)
 Les mirages de l'art contemporain

Christine Sourgins

Nouvelle édition

La table ronde, 2018

L'Art dit « contemporain », enfant involontaire de Marcel Duchamp, est né au détour des années 60, détrônant l'Art moderne à coups de provocations et de transgressions. Bien que pratiqué par une toute petite partie de nos contemporains, il est devenu, en France, un art officiel puis s'est mondialisé. En décortiquant, derrière le spectacle des oeuvres, les multiples stratégies agissant sur le « regardeur », Christine Sourgins dévoile, avec érudition et ironie, l'efficacité de ce nihilisme. Cet art libertaire se révèle manipulateur et liberticide : qu'il se veuille critique, ludique ou didactique, il relève d'une subversion et d'un radicalisme systématiques. Dans le labyrinthe des « concepts » et des « discours », elle offre un fil d'Ariane, montrant comment cette forme d'art, vite qualifiée de farce, menace ceux qui s'en moquent tout autant que ceux qui s'en enchantent. Sous divers prétextes esthétiques, politiques ou moraux, c'est l'humanité même de l'homme qui est attaquée, avec un choc en retour sur la société, en particulier dans la culture étatisée, l'éducation ou l'art religieux.

En épilogue, « Brève histoire de l'Art financier » décrit comment l'Art dit contemporain est passé des spéculations intellectuelles aux spéculations financières. Loin d'être un simple affairisme, il cautionne l'esthétisation de la marchandisation du monde, devenant sans vergogne l'Art du fondamentalisme marchand.
(4ème de couverture)
 Soulages in Japan

édition Raphaël Gatel, Manon Lutanie
texte Pierre Encrevé, Yasuhide Shimbata, Takahiko Okada, Takashi Wada
entretien avec Pierre Soulages par Jean-Claude Bringuier


Galerie Emmanuel Perrotin, 2017

Catalogue de l'exposition explorant les liens qui ont uni Pierre Soulages au Japon. Richement documenté, l'ouvrage présente dix toiles récentes de l'artiste. (Electre 2018)
 Les femmes, la culture et les arts en Europe entre Moyen Âge et Renaissance = Women, art and culture in Medieval and Early Renaissance Europe : [colloque, Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société (MESHS) de Lille, du 28 au 30 mars 2012]

sous la direction de Cynthia J. Brown et Anne-Marie Legaré

Brepols, 2016

Les articles de ce recueil traitent du mécénat bibliophilique, littéraire et artistique des femmes du Moyen Âge et de la Première Renaissance afin de préciser leur rôle dans la production écrite et iconographique, en contexte profane ou religieux. Quelle fut leur influence comme commanditaires ? Des oeuvres littéraires furent-elles traduites ou remaniées pour transmettre un message plus spécifiquement féminin ? De même, jusqu'à quel point les images des manuscrits enluminés, des livres illustrés et des tableaux peints furent-elles transformées ? Les approches pluridisciplinaires présentées ici révèlent un phénomène de féminisation culturelle avec ses exigences et ses limites. Ainsi s'éclaire de façon novatrice et originale le caractère réel du mécénat féminin en Europe entre les XIIIe et XVIe siècles. (4ème de couverture)
 Croisements : actualité de la recherche en histoire de l'art du XIXe siècle

sous la direction de Pierre Wat

Editions de la Sorbonne, 2018

La recherche est un chemin, une façon de traverser un champ et de dessiner en son sein des parcours inédits. Quatorze jeunes chercheurs tracent ici des chemins qui parfois s'entrecroisent, s'accompagnent, voire se confrontent. La réunion de leurs contributions rend visible de nouvelles manières de traverser le XIXe siècle, ouvre des perspectives, dit l'importance de certaines méthodes, et la fécondité du domaine exploré.
Mythe de l'artiste, usages du passé, relation du texte à l'image, critiques d'art, sont quelques-uns de ces croisements. Leur intitulé dit bien l'ambition qui porte ceux qui témoignent ici de leur recherche : envisager l'histoire de l'art comme un carrefour disciplinaire, ouvert aux enjeux actuels d'une approche culturelle et sociale de l'art. Manière de remettre en tension les productions du passé et les questions d'aujourd'hui.
Cet ouvrage, préparé sous la direction de Pierre Wat, est le dixième volume de la collection Histo.Art, présentant les travaux de l'École doctorale Histoire de l'art de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
(4ème de couverture)
 Corpus Baselitz : exposition, Colmar, Musée Unterlinden, du 10 juin au 29 octobre 2018

Frédérique Goerig-Hergott, Eric Darragon
préface Pantxika De Paepe, Thierry Cahn

RMN-Grand Palais ; Musée d'Unterlinden, Colmar, 2018

À l'occasion du 80e anniversaire de Georg Basel, le Musée Unterlinden consacre à l'artiste une importante exposition intitulée « Corpus Baselitz ». Depuis ses premiers motifs renversés en 1969, Baselitz a multiplié la représentation de son corps. Il se confronte aujourd'hui à la réalité de son âge et au passage du temps. Dans ce travail introspectif, il convoque ses maîtres (Duchamp, Dix, de Kooning, Picasso), ses anciens tableaux et ses souvenirs. Le corps mutilé, incomplet et fractionné s'expose sans concession, mais la générosité et le travail de la matière le transfigurent jusqu'à le rendre luminescent et vibrant. Le corps ainsi mis à nu dans des formats monumentaux témoigne de la permanence de l'énergie vitale et créatrice de Baselitz. Des essais précis et sensibles, accompagnés de la reproduction d'un ensemble inédit de peintures, d'aquarelles, de dessins et de sculptures exécutés entre 2014 et 2018, rendent ici hommage à l'oeuvre puissant d'un artiste parmi les plus importants de notre époque. (4ème de couverture)
 1968, année surréaliste : Cuba, Prague, Paris

Jérôme Duwa

IMEC, 2008

Dans l'esprit des surréalistes français qui ont poursuivi l'aventure après la mort d'André Breton en 1966, les événements de Mai 68 constituent une réalisation à grande échelle de leur projet fondamental : changer la vie et transformer le monde. Pour ceux qui se réunissent autour de la revue L'Archibras dirigée par Jean Schuster, 1968 est d'abord l'année des grandes exaltations avant de devenir celle de toutes les déconvenues. C'est non seulement à Paris, mais aussi à Cuba et à Prague que le vent salubre de la liberté souffle violemment, puis retombe. Donnant à lire un choix de documents d'époque, ce livre parcourt des territoires à travers lesquels les surréalistes mettent en oeuvre, une dernière fois, avant l'éclatement du groupe en 1969, l'exigence absolue de révolte. (4ème de couverture)

Mis à jour le 06 septembre 2018